– Dans le numéro 325 de Spectra Analyse –

puce Innovations
 


ANALYSEUR

LCMS-9030, un Q-TOF rapide et précis

 

La dernière plateforme LCMS triple quadrupole de Shimadzu, LCMS-9030, combine les nouvelles technologies UFgrating™ (réseau d’électrodes pour une accélération ionique résistante aux hautes tensions) et iRefTOF™ (réflectron garantissant résolution et sensibilité) permettant une accélération ultrarapide des ions dans le tube de vol UF-FlightTub™ (à contrôle de température) et leur réflexion optimale sur le détecteur. Il en résulte un temps d’acquisition des données très rapide.
Une autre nouvelle technologie, UFaccumulation™ assure la synchronisation dans la cellule de collision, avec des cycles courts d’acquisition de données, afin de maximiser la sensibilité analytique. Une telle stabilité réduit le besoin de calibration et simplifie les workflows lors des analyses de routine.
Cet instrument compact a été présenté au niveau mondial lors du 66e congrès de la société américaine de spectrométrie de masse (American Society for Mass Spectrometry, ASMS), qui se tenait en juin à San Diego aux États-Unis, et au niveau européen lors de la 22e conférence internationale de spectrométrie de masse (International Mass Spectrometry Conference, IMSC) fin août à Florence en Italie.

 



ÉQUIPEMENT DE LABORATOIRE

V-MOVE 90, des armoires de stockage de produits dangereux à fermeture électronique

 

La nouvelle gamme d’armoires de sécurité d’ASECOS V-MOVE 90 existe en deux formats : 45 cm (dimensions extérieures L x P x H : 449 x 860 x 1966 mm) et 81 cm de large (dimensions extérieures L x P x H : 819 x 860 x 1966 mm). Conformes à la réglementation en vigueur EN 14470-1 pour le stockage de substances dangereuses et inflammables dans les zones de travail, elles sont dotées d’un système d’ouverture/fermeture électronique du tiroir vertical sur simple pression d’un bouton. L’ergonomie de ce tiroir vertical permet une visualisation et un accès facile aux produits stockés. Resté ouvert par mégarde, il se ferme automatiquement avec signal visuel et acoustique. Et pour éviter tout accès non autorisé, il est possible de le verrouiller (indicateur visuel de verrouillage).
Le système d’aération et de ventilation de cette armoire (DN 75) peut être raccordé à un système d’extraction ou de ventilation filtrée autonome. Leur consommation électrique est de 5 W en mode veille et de 50 W lors du fonctionnement.
Ces armoires peuvent être équipées à l’intérieur d’un revêtement en caoutchouc antidérapant, d’étagères (50 kg de capacité de charge), de caillebotis comme surface de rangement, de glissières de sécurité, d’un bac de rétention au sol ou encore de surbacs.

 

 

puce Actualités

 


PROFESSION
 
Partenariat Bruker et Mestrelab pour des applications logicielles en chimie et pharma

Bruker corporation et la société espagnole Mestrelab de développement de solutions logicielles dédiées à accélérer la R&D, ont annoncé mi-décembre collaborer pour développer des logiciels avancés dans le domaine de la chimie, capables de gérer des données spectroscopiques, d’extraire et de gérer des informations chimiques issues d’une variété de techniques analytiques, incluant la RMN et la spectrométrie de masse. Ensemble, les deux compagnies vont se focaliser sur les secteurs de la pharmacie, des biotechologies, de la chimie et autres applications industrielles, sans oublier la recherche académique. Dans le cadre de cette collaboration stratégique, Bruker est devenu actionnaire majoritaire de Mestrelab.

 


PROFESSION
 
Thermo Fisher Scientific collabore avec Symphogen pour simplifier la caractérisation de protéines complexes

Dans le cadre d’une collaboration de deux ans, la société spécialisée en oncologie Symphogen va utiliser l’instrument LC-MS/MS de Thermo Fisher Scientific Q Exactive Plus Orbitrap liquid chromatography-tandem mass spectrometry system doté de l’option BioPharma pour créer, tester et valider des plateformes de workflows d’analyse de masse de mélanges d’anticorps manoclonaux. Un focus particulier porte sur le développement de workflows de méthodes multi-attributs automatiques pour le contrôle d’attributs de qualité critiques de protéines utilisant la précision SM haute résolution dans le contrôle qualité. L’objectif est d’accélérer le développement des médicaments dans le cadre de l’innovation biopharmaceutique, de la fabrication de biosimilaires, d’organisations en contrats de recherche, etc.

 


PROFESSION
 
France Biotech propose des solutions concrètes pour fluidifier le transfert technologique
Réunie ce 6 décembre 2018 à l’occasion de la présentation des résultats de son 16e panorama France Healthtech, l’association des entrepreuneurs de l’innovation en santé France Biotech a présenté les résultats d’une étude sur le transfert de technologies en France dans le domaine de la santé. Cette étape figure en effet comme fondamentale, dans la mesure où les entreprises innovantes du secteur de la santé développent dans leur majorité des actifs provenant de la sphère académique française, la 3e plus performante au monde selon le Forum économique mondial (étude datant d’octobre 2018).
Cette étude conduite par France Biotech montre que « les entrepreneurs sont confrontés à trois problèmes en particulier : les délais de mise en place des accords, la notion de copropriété entre les différentes tutelles académiques et enfin la négociation des conditions financières », est-il précisé dans un communiqué. Cette démarche, qui sera renouvelée dans les prochaines années, conduit d’ores et déjà à la création d’un observatoire du transfert de technologies dédié à la santé auquel s’associe Bpifrance. Il figurera dans le plan Deeptech de Bpifrance, qui couvre notamment le secteur des Biotechs et des Medtechs et sera déployé en janvier 2019.
Enfin, suite aux travaux initiés par France Biotech, le réseau C.U.R.I.E. des professionnels de la valorisation de la recherche publique a décidé d’intégrer dès 2019 dans son parcours de formation sur le transfert de technologies un nouveau module destiné aux entrepreneurs de la healthtech.

 


PROFESSION

Préfiguration d’un premier fonds d’investissement régional français en santé

Baptisé FIRST et dédié aux start-ups du domaine des sciences de la vie, le fonds d’investissement régional en santé spécifique à la région Sud Provence Alpes Côte d’Azur est prévu pour le dernier trimestre 2019. Sa préfiguration à l’étude est déjà lancée par le Centre d’excellence DHUNE sur les maladies neurodégénératives et le vieillissement. Il sera doté de capitaux privés et publics dont le total pourrait atteindre ou dépasser les 100 M€ selon les résultats de l’analyse.
Plus d’information : contact@profirst-asso.org

 


PROFESSION

Optimisation des périodicités d’étalonnage, quel gain ?

Considérant le coût non négligeable que représente la partie étalonnage des instruments de mesure, le Collège Français de la Métrologie (CFM) propose « une journée technique consacrée à l’optimisation des périodicités d’étalonnage afin de réduire durablement les coûts ». L’optimisation – complétée par la mise en place d’une surveillance des processus de mesure, s’inscrivant dans une démarche d’amélioration continue de la gestion de la fonction métrologie et d’une meilleure maîtrise des risques, cette journée permettra de comprendre les différentes méthodes ainsi que la nécessité de la démarche, annonce le CFM.
Sont prévus au programme de la journée des interventions autour de la gestion d’un parc d’instruments, des méthodes de vérification des équipements de mesure OPPERET et Afnor FD X 07 014, sur l’optimisation et la gestion des risques, la surveillance en tant qu’outil complémentaire et enfin des retours d’expérience sur l’intérêt d’optimiser les périodicités d’étalonnage.

Date : Mardi 5 février 2019, de 9h30 à 17h
Lieu : NOVOTEL Gare de Lyon, 2 rue Hector Malot, Paris XIIe
Droits d’inscription : 234 € si adhérent au CFM, 468 € sinon (tarif TTC avec TVA 20 %)
Pour s’incrire : http://www.cfmetrologie.com/fr/journee-technique


PROFESSION

Métrologie en temps réel pour la prévention du risque chimique :
Quels apports ? Quelles limites ?

La mesure en temps réel de polluants dans l’atmosphère des locaux de travail permet de répondre à de nombreux enjeux de prévention des risques chimiques. Les appareils utilisés (individuels, portables ou fixes) relèvent de deux familles, selon le type de polluant ciblé : gaz/vapeur ou aérosol/particules. Mais quels sont leurs principes de fonctionnement ? Quelles applications permettent-ils ? Quels sont les avantages et les limites de chacun ? L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles organise une journée technique afin d’apporter de la connaissance sur le sujet et de donner les moyens d’opérer le bon choix d’équipement selon ses besoins. Après la présentation du contexte, des enjeux et des spécificités de la métrologie en temps réel des polluants dans l’atmosphère des locaux de travail, la journée se poursuivra par la présentation/discussion d’exemples d’application. Les participants comprendront alors comment ce peut s’apparenter à un outil d’aide à la prévention des risques, à la connaissance des expositions professionnelles. Comment elle ne se suffit pas toujours à elle seule ou encore comment les capteurs sur lesquels elle repose sont une source de données exploitables.

Date : Mardi 12 février 2019, de 9h30 à 16h30
Lieu : Maison de la RATP – Espace du Centenaire, 189 rue de Bercy à Paris XIIe
Droits d’inscription : 50 € (en exonération de TVA)
Pour s’incrire :
https://www.inrs-metro-tempsreel2019.fr/inscription-participants/


PROFESSION

Vocabulaire de la chimie et des matériaux

« Trouver des désignations en français, définir de façon claire les nouvelles notions, et les mettre à la disposition de tous, telle est la mission du dispositif d’enrichissement de la langue française, mis en place depuis plus de 40 ans par l’État », rappelle dans un communiqué la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) qui, au sein du ministère de la Culture, assure le secrétariat permanent de la Commission d’enrichissement de la langue française (CELF).
Elle vient de publier le Vocabulaire de la chimie et des matériaux, regroupant près de 600 termes et définitions. Ceux-ci sont issus des travaux de ses groupes d’experts chargés de la chimie et des matériaux, mais aussi de la biologie, de l’ingénierie nucléaire, de la santé et de la médecine, ainsi que de la spatiologie.

Pour le consulter et le télécharger en version PDF :
www.franceterme.culture.fr, rubrique « Librairie »
Pour toute demande d’exemplaire papier, écrire à :
terminologie.dglflf@culture.gouv.fr

 

 

puce
Également dans Spectra Analyse N°325

 

Pour recevoir notre revue dans son intégralité, rendez-vous sur notre site,
pour découvrir nos offres d’abonnement au format presse ou au format électronique.