– Dans le numéro 321 de Spectra Analyse –

puce Innovations 


INSTRUMENT DE LABORATOIRE

Pharos V8, un instrument Laser PCR® ultra rapide

L’instrument Pharos V8 de GNA Biosolutions GmbH  a été présenté au salon Analytica 2018 pour une première mondiale. Cet instrument de PCR repose sur la technologie propriétaire Laser PCR®, une plateforme technologique brevetée développée par GNA Biosolutions. Des nanoparticules d’or validées pour la PCR (cycles thermiques à l’échelle du micro ou du nanomètre) sont immergées dans une solution contenant des réactifs PCR standards (polymérase, dNTPS, magnésium, etc.) et des séquences cibles. Au début de la réaction, la solution est chauffée une fois à la température de fusion pour dénaturer les séquences cibles, puis maintenue à température constante. Les séquences cibles s’hybrident alors aux amorces complémentaires à la surface des nanoparticules et l’allongement se produit à cette même température. Dans ce dispositif, une source laser puissante envoie des pulses énergétiques pour réchauffer de manière sélective les nanoparticules d’or validées pour la PCR en solution, et ainsi contrôler la vitesse d’amplification des cycles, avec des résultats en temps réel en moins de 10 minutes. De quoi accélérer les tests PCR développés en laboratoire. L’instrument est vendu avec des kits ADN universels.

Avant-première monde Analytica 2018

 



INSTRUMENT DE LABORATOIRE

UV-1900, un spectrophotomètre UV-Visible pour de hautes performances

Dernier né de la gamme de spectroscopie moléculaire de Shimadzu, le spectrophotomètre UV-Visible à double faisceau UV-1900 vise une analyse quantitative de haute précision et la détection de composants à faible concentration. Basé sur la technologie LOW-RAY-LIGH® développée en interne, il incorpore un réseau de diffraction permettant d’atteindre un niveau de lumière parasite très bas. Sa fonction de balayage ultrarapide permet une acquisition des données à 29 000 nm/min. L’instrument dispose d’un écran tactile couleur donnant lieu à une navigation intuitive dans un menu à six modes d’analyse : photométrique, spectre, quantification, cinétique, variation cinétique, biométhode. Sa capacité d’analyse (résolution de 1 nm) le rend opérationnel pour les analyses conformes à la pharmacopée de différents pays. Compatible avec la réglementation FDA 21 CFR Part 11, il dispose d’un logiciel de contrôle standard et en option d’un système d’analyse de données LabSolutions UV-Vis, qui permet une gestion intégrée des données compatible avec un parc instrumental Shimadzu.



INSTRUMENT DE LABORATOIRE

Système de chromatographie ÄKTA pilot 600

Le système de chromatographie ÄKTA pilot 600 est un appareil benchtop (575 x 440 nm, 77-83 kg) adapté aux environnements GMP (Good Manufacturing Practices) et non. Il se destine à la production de lots GMP et aux changements d’échelle jusqu’à l’étape pilote. ÄKTA pilot 600 fonctionne en continu avec des colonnes chromatographiques AxiChrom™ de 26 à 200 mm. Il est équipé de pompes de grande précision et d’une large plage de débit (1 à 1 200 mL/min), permettant la formation précise de gradients pour une large gamme de colonnes. Son logiciel UNICORN™ permet une manipulation en temps réel et un changement d’échelle simple de mise en oeuvre. ÂKTA pilot 600s a une configuration standard modulable et évolutive. Des produits de validation répondant aux contraintes du 21 CFR part 11 sont disponibles si nécessaire.

 


ANALYSEUR

L’ICP-OES Avio™ 500

Le nouvel ICP-OES de PerkinElmer est un système trans-flux d’échantillons simultané (deux détecteurs UV + VIS), compact (87 x 84 x 76 cm H x L x P, 163 kg) et à double visée. Sa torche verticale accepte des solutions très chargées et permet de minimiser le temps de préparation des échantillons. L’Avio500™ repose sur les technologies Flat Plate™ (plaques d’induction remplaçant la spire RF traditionnelle) assurant un plasma robuste, stable et peu consommateur d’argon ; PlasmaShear™ System™ facilitant la maintenance ; Color PlasmaCam™ garantissant une évaluation en temps réel du plasma, de l’injecteur et de la torche pendant l’analyse. Enfin, le logiciel Syngistix™ permet une utilisation intuitive, l’accès à des méthodes pré-définies, des options de contrôle-qualité, et l’accès à une plateforme instrumentale plus large.

Avant-première France Forum Labo 2018

 


ÉQUIPEMENT DE LABORATOIRE

Labopur® H40, un caisson vertical à recirculation d’air

Raccordé facilement à une armoire de sécurité pour produits dangereux, le caisson H40 de Trionyx permet de la ventiler (débit de 86 m3/h, diamètre d’aspiration de 100 mm) et d’en filtrer les vapeurs organiques, corrosives, de formol, etc. Son système de filtration, basé sur la technologie Labopur®, est équipé d’un filtre anti-poussière (efficace à 92 % pour les particules d’un diamètre supérieur à 3 μm) et d’un filtre à charbon actif (consommable de type variable selon les produits stockés dans l’armoire). Il est conseillé de changer le filtre à charbon actif une fois l’an. Lorsqu’il y a lieu de le faire, le technicien n’a pas à s’accroupir sous la paillasse mais simplement à tirer le caisson sur ses roues arrières. Spécialement adapté aux armoires sous paillasse (670 x 270 x 460 H x L x P mm, 18 kg), ce caisson filtrant les vapeurs de produits dangereux est homologué NF X 15-211.

Avant-première France Forum Labo 2018


INFORMATIQUE DE LABORATOIRE

INEON S², un logiciel de gestion de chimiothèque en SaaS

La solution Ineon Smart Screening – S² – a été développée par une équipe multidisciplinaire au sein de la start-up française INEON Biotech créée en décembre 2017. Elle intègre les outils de gestion de structure chimique développés par la société ChemAxon, qui permettent notamment les recherches par sous structures chimiques. S2 considère les molécules associées à leur structure chimique, à leurs paramètres physico-chimiques, à des documents en lien avec le contrôle qualité, les contraintes d’hygiène et de sécurité – et à leurs résultats -, aux reportings projets ou encore à des publications scientifiques. Ineon S2 permet d’effectuer en mode cloud des recherches multiparamétriques dans la chimiothèque, selon les paramètres chimiques (masse moléculaire, H donneurs ou accepteurs, etc.), la structure des composés, …, selon des paramètres logistiques (fournisseur, date de commande, etc.), ou encore selon les résultats aux différents criblages ou tests. La chimiothèque peut aussi être complétée (des fiches fournisseurs associées aux molécules, par ex.) et suivie en termes de gestion des stocks et des flux de composés. Au moment de la clôture de l’exercice comptable, il est ainsi possible de calculer l’actif qu’elle représente. L’application permet de planifier et de suivre la maintenance de la chimiothèque, de transmettre les informations à une plateforme robotique (reformatage des plaques 96/384 puits, réplication, …) et d’en recevoir un retour garantissant une traçabilité des processus. En mode projet, elle accompagne également les campagnes de criblage, la sélection des hits, l’établissement des S.A.R (Structure Activity Relationships), et les premières phases de développement des candidats-médicaments dans l’industrie pharmaceutique. Ineon S² offre la possibilité de créer plusieurs profils-utilisateurs autorisés à intervenir avec des niveaux d’administration différents. Elle génère des fichiers d’imports / exports standards (.sdf), afin de faciliter la compatibilité des interfaces et les échanges avec les partenaires professionnels (CRO, fournisseurs, collaborateurs, …).

 


 

puce Actualités

 


SOCIÉTÉS
Le directeur marketing scientifique de CAMECA Fellow de la MSA
Cet été, Dr David J. Larson, directeur marketing scientifique de CAMECA deviendra Fellow de la Société de microscopie américaine (Microscopy Society of America, MSA). Il a été sélectionné pour « ses contributions pionnières au développement de la science et de la technologie de la sonde atomique, en particulier ses applications aux systèmes de matériaux complexes, et pour ses différentes contributions à la Société elle-même ». Dr David J. Larson a obtenu son PhD à l’Université du Wisconsin et assure actuellement la présidence de la Société internationale d’émission de champs (International Field Emission Society, IFES). Avant de rejoindre CAMECA (division analyse des matériaux du groupe AMETEK, basée en région parisienne), il a occupé des fonctions de direction à la société Seagate Technology et au laboratoire national Oak Ridge (Oak Ridge National Laboratory, ORNL) et a obtenu la distinction de Fellow recherche internationale de l’Université d’Oxford (Wolfson College) décernée par la Fondation nationale américaine pour la science (National Science Foundation). S’ajoutent à son actif plus de 300 publications, huit brevets et de nombreux awards. Très heureux de cette distinction, Dr David J. Larson a déclaré : « Depuis 1942, la MSA soutient, promeut et assure le développement de la microscopie. Je suis heureux d’y avoir contribué pour une toute petite partie ». Avant d’ajouter : « Du prix Nobel de 1986 (partagé entre le microscope à effet tunnel et le microscope électronique) à celui de 2017 (cryo-microscopie électronique), les scientifiques dans le champ de la microscopie et au sein de la MSA ont continuellement repoussé les frontières de la connaissance scientifique ». Développée dès les années 60, la sonde atomique tomographique (Atom Probe Tomography ou APT) figure comme la seule technique d’analyse des matériaux aux capacités extensives à la fois d’imagerie 3D et de mesure de composition chimique à l’échelle de l’atome. Sur le marché mondial, CAMECA a l’exclusivité du développement et de la fabrication des microscopes à sonde atomique.

 

SOCIÉTÉS

La société Analytik Jena et l’institut BAM coopérent dans la SAA

 

L’institut fédéral Allemand de recherche et d’analyses des matériaux (Bundesanstalt für Materialforschung und -prüfung, BAM) et le fournisseur d’instruments analytiques Analytik Jena ont démarré en ce début d’année une coopération de recherche sur les principes et les méthodes de la Spectroscopie à absorption atomique (SAA) pour déterminer des concentrations ultratraces d’atomes et de molécules. Sachant que le BAM est chargé de valider au niveau fédéral dans un contexte européen et international les méthodes analytiques d’évaluation de la sécurité de l’environnement, des matériaux et des procédés, l’objectif pour les deux partenaires est de développer des méthodes d’analyse élémentaire par SAA, avec à la clé de nouvelles applications et de nouveaux outils. « Nous sommes contents de pouvoir affiner les analyses en utilisant la technologie de spectroscopie à absorption atomique à source continue haute résolution (HR-CS AAS) dans le cadre de cette recherche conjointe avec Analytik Jena. Cette approche offre aussi la promesse d’élargir les opportunités de notre compétence scientifique. », a déclaré le professeur Ulrich Panne, président du BAM. Ulrich Krauss, PDG d’Analytik Jena, s’est lui aussi enthousiasmé, précisant : « Dans le cadre de nos activités de recherche, il nous importe d’avoir des relations étroites avec des partenaires de la communauté scientifique et des utilisateurs et d’impliquer dès le début ces partenaires dans le processus de développement et de mise en œuvre des idées. Nous souhaitons développer des produits commercialisables à partir d’un réseau de savoir et de transfert de connaissances de clients en collaboration avec des partenaires d’instituts de recherche ».

 

SOCIÉTÉS

Prototype : un système portable d’analyse de traces de substances dans les liquides

Le système biocapteurs développé par la compagnie suédoise CapSenze et qui intègre un circuit d’évaluation optimisé développé par l’institut Fraunhofer pour les circuits intégrés, est capable d’analyser des liquides en quelques minutes seulement. Dans ce domaine, il constitue une possible innovation de rupture.

Le système biocapteurs développé par la compagnie suédoise CapSenze en collaboration avec le Fraunhofer Institute for Integrated Circuits (IIS) allemand peut être utilisé en fixe pour l’analyse de contaminants dans l’eau de toutes substances solubles, ou selon un usage portable pour les besoins d’inspections des denrées alimentaires et de la nourriture animale, des chaînes de production alimentaires ou encore pour détecter des agents dopants. Fournissant des résultats de mesure dans la gamme du pico au femto-mole (10-12-10-15 moles/litre), le système biocapteurs comporte six capteurs différents permettant la détection simultanée de six substances différentes. Différents revêtements de capteurs, dépendant de la substance à détecter, sont utilisés pour identifier la présence à très faibles concentrations de substances biochimiques telles que des hormones, des pesticides ou encore des mycotoxines. Le système de biocapteurs repose sur des polymères à empreinte moléculaire (molecularly imprinted polymers ou MIPs) sélectifs « imprimés » des molécules de la substance recherchée, qui recouvrent des électrodes plaquées or. Lorsque les molécules de la substance ciblée (contaminant, polluant, molécule d’usage prohibé, …) entrent en contact avec ces polymères « imprimés », une liaison se forme, entraînant le changement des propriétés électriques de l’électrode. Chaque capteur est étudié pour réagir uniquement à une substance spécifique et peut la détecter y compris en concentration extrêmement faible.
L’évaluation des composants du système de biocapteurs a été réalisée par le Fraunhofer IIS sous la forme d’un circuit intégré, dont la capacité permet une résolution de mesure en-deçà de 0,1 %. Ce circuit intégré d’application spécifique (application-specific integrated circuit – ASIC) consomme peu, de l’ordre du micro-watt, et est de petite taille, l’électronique d’instrumentation ayant des dimensions de l’ordre du centimètre. En parallèle, CapSenze a développé un transducteur électronique miniaturisé équipé de six électrodes de travail. Doté d’un contrôle automatique, le système de biocapteurs dispose d’un fonctionnement autonome sans besoin d’intervention humaine. Les équipes de CapSenze, une spin-off de l’université de Lund, et de l’institut Fraunhofer pour les circuits intégrés, recherchent désormais une entreprise pour commercialiser cette rupture technologique dans le domaine de l’analyse de traces de substances dans les liquides.

 

SOCIÉTÉS

Analytica, un salon des professionnels du laboratoire à dimension européenne et internationale

 

Près de 35 800 visiteurs venus du monde entier ont parcouru les allées, les stands et les espaces d’exhibition des cinq halls d’exposition du Messe München lors du salon Analytica, du 10 au 13 avril à Munich. 1 164 exposants venus de 49 pays les y attendaient, parmi lesquels comme un pavillon chinois, peu de sociétés françaises mais des fournisseurs mondiaux également présents fin mars à Forum LABO Lyon. « Nous avons eu encore plus de visiteurs que lors de l’édition 2016, représentantsune large variété d’industries également. Bien sûr, la digitalisation et l’automation continuent de devenir de plus en plus importants, mais naturellement les visiteurs viennent encore chercher des solutions individuelles pour répondre à leurs besoins analytiques », témoigne Siegbert Holtermüller, de l’équipe de direction de la division analytique régionale d’Olympus Allemagne.
Cinquante ans après son lancement, cette 26e édition d’Analytica proposait en effet un programme « smart laboratory », mais aussi deux journées consacrées l’une à la finance et l’autre à la médecine personnalisée, deux Live Labs avec expérimentations directes d’analyse des matériaux et dans l’agroalimentaire, deux forums sur les thèmes laboratoire & analyses et Biotech, ou encore un espace dédié à la sécurité au laboratoire. Parmi les visiteurs, près de 40 % venaient de l’extérieur de l’Allemagne, avec une forte hausse de fréquentation des visiteurs venus de Chine, d’Autriche, de Corée, de Russie et du Japon. Les organisateurs notent une satisfaction quasi unanime de l’évènement, signe selon eux que l’industrie du laboratoire va bien. « Nous nous attendons à une année 2017 exceptionnelle, avec une taux de croissance de 11 % », a déclaré Mathis Kuchejda, président de Spectaris, l’association de l’industrie allemande pour l’analyse, les biotechnologies et les technologies de laboratoire. Selon lui, un des défis majeurs de la digitalisation du laboratoire est l’accès à « un outil d’interface uniforme couplé à la considération des données devant être transférées en premier lieu, et comment assurer la sécurité des données ». Ces questions sur les interfaces digitales ont d’ailleurs donné lieu a des mises en pratique lors d’un forum consacré à la transformation digitale. Les conférences scientifiques d’Analytica ont rassemblé 2074 personnes, soit + 12,8 % de fréquentation par rapport à l’édition de 2016. Des conférenciers venus d’Europe, de Chine, de Corée et des États-Unis ont donné lecture sur des sujets tels que les méthodes analytiques en chimie alimentaire et en toxicologie, le rôle des analyses dans le secteur de la santé ou encore le traitement des big data. Dans ce cadre, une équipe du Laboratoire d’étude des résidus et contaminants dans les aliments (LABERCA, UMR1329 INRA/Oniris) de Nantes a présenté ses travaux de métabolomique portant sur la recherche de biomarqueurs pour révéler l’utilisation de substances anabolisantes dans le bétail. Le Dr Philippe Garrigues de l’Institut des Sciences Moléculaires (ISM, UMR 5255 CNRS) de Bordeaux a tenu une conférence sur l’analyse chimique appliquée aux questions environnementales.
Et une équipe du Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale (LAMS, Université Pierre et Marie Curie/CNRS) a présenté ses travaux sur les techniques picturales dans la nécropole égyptienne de Thèbes, par imagerie XRF et imagerie hyperspectrale visible et proche infra-rouge. Analytica reviendra au Messe München pour une prochaine édition du 31 mars au 3 avril 2020.

 

SOCIÉTÉS

Forum Recherche & Industrie sur les matériaux biosourcés

 

L’institut Carnot 3BCAR organise une journée dédiée à l’innovation et au partenariat R&D dans le domaine des matériaux biosourcés. Des chercheurs présenteront en conférence des résultats de recherche asortis de perspectives futures de transfert technologique sur les utilisations de la biomasse lignocellulosique, les polymères issus de la lipochimie, les polymères fonctionnels pour la formulation, les plastiques biosourcés et composites ou encore l’innovation autour des matériaux naturels. La découverte des mécanismes de financement de l’innovation – par Bpifrance – et des plateformes technologiques de 3BCAR pour le développement de matériaux biosourcés sont aussi au programme. Cette journée se tiendra le 23 mai de 9 à 17h15 à Bpifrance Le Hub, 8 boulevard Haussmann, Paris IX.

 

SOCIÉTÉS

Surface Fest, le nouveau colloque scientifique d’Horiba sur la GD

 

Les 13-14 juin se dérouleront au Palais des Congrès de Bordeaux une nouvelle édition des GD (Glow Discharge Spectrometries) days organisés par le fournisseur d’instruments analytiques Horiba. Utilisateurs et chercheurs venus du monde entier s’y retrouveront pour des conférences scientifiques couvrant un large spectre des applications possibles et des derniers développements de cette technique analytique du profil élémentaire de films solides. Les perspectives et les complémentarités avec d’autres techniques y seront également explorées, parmi lesquelles XPS, SEM, AtomProbe, AFM Raman, Spectroscopic Ellipsometry.

 

SOCIÉTÉS

4e Journée Scientifique CPC et substances naturelles

 

La société Gilson organise une nouvelle journée de rencontres et de conférences autour des applications de la Chromatographie de Partage Centrifuge (CPC), avec la participation d’industriels & d’universitaires francophones, parmi lesquels : Luc Marchal (Université de Nantes), Dr Céline Rivière (Université de Lille 2), Agnès Le Masle (IFPEN), Dr. Mahmoud Hamzaoui (Celabor, Belgique), Thomas Michel (Institut de Chimie de Nice), Emilie Destandau (ICOA Orléans), Delphine Winstel (ISVV Bordeaux), Jean-Hugues Renault (Institut de Chimie Moléculaire de Reims), Tsvetelina Mandova et Raphael Grougnet (Université Paris Descartes) et Grégoire Audo (Gilson Purification). Cette technique de chromatographie liquide, liquide préparative et industrielle, se différencie de l’HPLC par l’absence de support solide et par l’utilisation de systèmes biphasiques pour la purification de tous types de molécules polaires, non polaires, organiques et inorganiques en solutions. Ce 21 juin 2018 à la Maison de la Chimie à Paris, elle figurera comme une technologie de purification et d’extraction verte innovante. Inscription gratuite dans la limite des places disponibles.

 

SOCIÉTÉS

La métrologie, un levier de performance pour l’industrie pharmaceutique

 

Pour la première fois, le Collège Français de Métrologie (CFM) organise en partenariat avec le réseau A3P une journée de conférences associée à un salon d’exposants professionnels, consacrée à la métrologie appliquée aux procédés pharmaceutiques de fabrication ou de contrôle de l’industrie pharmaceutique. Sont invités à faire part de leurs retours d’expérience les laboratoires pharmaceutiques SANOFI PASTEUR, NOVARTIS, TEOXANE et Lilly France, ainsi que des sociétés spécialisées dans la mesure telles que BEA METROLOGIE, SWAN Instruments d’Analyse et ENDRESS + HAUSER, ainsi que l’entreprise spécialisée dans l’assurance qualité Intertek. Une table-ronde titrée « Métrologie : vers le juste équilibre » et réunissant les différents intervenants clôturera cette journée qui se tiendra de 8h30 à 17h à l’Espace Tête d’Or à Lyon.

 

SOCIÉTÉS

Conséquences et applications pratiques pour les laboratoires de la nouvelle norme ISO/CEI 17025

 

Référentiel international incontournable pour les laboratoires d’essai souhaitant démontrer, à travers l’accréditation, leur capacité à produire des prestations analytiques de qualité et des résultats d’essais fiables, la norme ISO/CEI 17025 a évolué en décembre 2017. L’approche « processus » et la « gestion des risques et opportunités » y ont été introduits. Dans ce contexte, comment réussir la transition ? L’Association des responsables de la qualité et fiabilité analytique (Asfilab) invite à en débattre autour d’interventions et de moments d’échanges avec différents conférenciers. Un représentant du Cofrac présentera la nouvelle version du LAB REF 02, tandis que d’autres feront part de retours d’expérience de laboratoires spécialisés dans les domaines de l’environnement, de l’agriculture et de la santé humaine. Cette journée-débat se déroulera jeudi 27 septembre 2018 à l’Espace Saint Martin, 199bis rue Saint-Martin à Paris, et est soumise à inscription préalable (300 € si avant le 1er juillet 2018, 400 € après).

 

 

puce
Également dans Spectra Analyse N°321