– Dans le numéro 318 de Spectra Analyse –

puce Innovations


ANALYSEURS

Un système Orbitrap GC-MS de précision dédié à la métabolomique

Basé sur le système Q Exactive™ GC Orbitrap™ Thermo Scientific™, détecteur de masse haute résolution (HRAM, high resolution accurate Mass), le GC-MS Orbitrap de paillasse présente des améliorations tels que l’ajout d’une technologie de variation de tension électronique (VeV, Variable electron Voltage), une bibliothèque métabolomique HRAM et aussi l’identification automatique des composés par le logiciel TraceFinder™.
La technologie VeV permet de paramétrer des valeurs faibles de tension lors de l’ionisation électronique (EI), favorisant ainsi le signal des hautes masses et une haute sensibilité pour les composants sujets à une forte fragmentation.
La bibliothèque comprend plus de 800 métabolites dont chaque spectre est affiné et conservé avec la composition élémentaire de chaque fragment obtenu et vérifié en EI .
Le logiciel Thermo Scientific™ TraceFinder™ repose sur une bibliothèque spectrale de déconvolution spécifique. Avec la prise en compte de l’indice de rétention de Kovats dans le score d’identification des inconnus, la confiance de l’utilisateur dans son résultat d’identification d’inconnus est améliorée,
en particulier pour les composés isomériques.



ANALYSEURS

TargetScreener HR, pour l’analyse de substances réglementées

La solution TargetScreener HR de Bruker permet l’analyse de résidus organiques en UHPLC-MS/MS haute résolution. Basée sur l’analyse de masse exacte grâce à un système QTOF et sur une base de données de plus de 2 000 composants, elle donne des résultats tant quantitatifs que qualitatifs. Plusieurs centaines de résidus organiques peuvent être ainsi détectés en une analyse unique et simultanément quantifiés en 20 min.
Cette base de données MS haute résolution (toxicologique, médico-légale, pesticides, médicaments, etc.) inclut des données de masse exacte des ions parents, des adduits, des ions fragments qualifiants ainsi que les profils isotopiques et les temps de rétention. Elle peut être aisément complétée par les utilisateurs pour l’analyse d’autres composants dès que ces données deviennent disponibles.
Cette solution est ainsi adaptée à l’analyse de drogues, de pesticides, de mycotoxines et de toute substance contrôlée présente dans des matrices complexes (aliments, eaux, matrices biologiques, etc.).



INSTRUMENT DE LABORATOIRE

PSD-4, un pressostat électronique génération 4.0

Comme son prédécesseur, la famille PSD-30, le pressostat électronique PSD-4 nouvelle génération de WIKA Instruments offre la possibilité de mesurer des pressions jusqu’à 1000 bar, tient les surpressions jusqu’à 2 fois l’échelle (jusqu’à 600 bar, et au-delà jusqu’à 1,5 fois l’échelle) et est équipé d’un capteur de pression métallique soudé sur le corps de l’instrument, gage de parfaite étanchéité.
En plus, il offre une commutation et un signal de sortie 2 fois plus précis à respectivement 0,5 % et 0,25 %, un temps de réponse de commutation divisé par 3 pour parvenir à 3 ms, une dérive de mesure à long terme divisée par 2 (0,1 %), une échelle de mesure du signal de sortie réglable avec une rangeabilité de 5:1, des fonctions d’autodiagnostic, ou encore une conformité CEM selon les nouvelles normes.
La fonctionnalité IO-Link en version 1.1 y est intégrée en standard. Avec une interface IO-Link, l’instrument communique avec un maître par une connexion point à point. Tous les paramètres ainsi que toutes les données process et informations de diagnostic sont ainsi transmises et stockées au niveau du maître et peuvent être modifiées en cours de fonctionnement.

MATÉRIEL DE LABORATOIRE

CLEANPIXTM kit, un test colorimétrique d’évaluation de biocharge

CLEANPIXTM kit a été développé par la biotech Protéus spécialisée dans le développement d’enzymes sur-mesure et l’un des leader mondiaux dans les technologies d’ingénierie des protéines ; filiale du groupe PCAS lui-même filiale du groupe Novacap, l’un des leader de la synthèse pharmaceutique et de la chimie de spécialité.
Sans besoin d’échantillonnage, ce kit permet d’apprécier rapidement la charge microbienne de surfaces, voire de liquides fortement contaminés.
En 2 à 3 heures pour les biofilms, en 8 à 20 heures pour les surfaces et les milieux quasi stériles, la technologie détecte la très grande majorité des microorganismes aérobies et anaérobies facultatifs (liste non limitée allant des bactéries gram positif ou négatif aux levures et aux champignons, à l’exception des escherischia coli), avec un seuil de détection allant de 1 à 100 germes selon l’espèce.
CLEANPIXTM kit se compose de deux tubes, dont un tube réactif se colorant en présence de microorganismes et un tube de mouillage servant à humidifier un écouvillon stérile. Chaque boîte contient 30 tests et doit se conserver entre 2 et 6°C.


INFORMATIQUE DE LABORATOIRE

BiovizJS, une application Web gratuite de visualisation moléculaire

L’étude des propriétés structurelles et des interactions physico-chimiques étant essentielle pour comprendre les mécanismes biomoléculaires, la société française Bionext met à disposition un nouvel outil, BiovizJS. Cette application Web gratuite permet la visualisation en 3D des structures moléculaires. Grâce à une API simple et claire, elle peut être déployée sur n’importe quel périphérique, fixe ou mobile, et offre un rendu 3D optimisé pour les principaux navigateurs Web.
Elle propose le même niveau de fonctionnalités que les outils natifs de visualisation moléculaire. Ainsi, elle supporte les formats PDB et PDBX/mmCIF et propose les représentations moléculaires les plus communes (en bâtons, en surfaces …), des cartographies en couleurs (CPK, hydrophobie…) ainsi qu’un système de qualification des propriétés. Un outil de mesure permet en outre d’afficher les interactions potentielles entre chaque chaîne d’une même structure.
En outre, elle offre une simplicité d’intégration et d’utilisation ainsi qu’une modularité visant à améliorer l’expérience utilisateur : techniques de rendu 3D avancées, basé sur les effets WebGL ; contrôle utilisateur multimodal, compatible avec les souris standards, les souris 3D et les écrans tactiles ; des scripts permettant d’animer les molécules et de donner vie à des présentations scientifiques ; un outil d’export d’images, avec un arrière-plan transparent pour en faciliter l’intégration dans les publications et communications scientifiques.
Pour tester BiovizJS en ligne : https://biovizjs.bionext.com/demo/

puce Actualités

 


SOCIÉTÉ

Les équipementiers de mesure français Chauvin Arnoux et INDATECH se rapprochent

 

Chauvin Arnoux, le fabricant français d’équipements de mesure fondé en 1893 par Raphaël Chauvin et René Arnoux et devenu mondial, a signé fin septembre un accord de participation majoritaire dans la société INDATECH créée en France en 2009 par Sylvie Roussel et Fabien Chauchard et considérée aujourd’hui comme l’un des leaders de la mesure spectroscopique dans les procédés pharmaceutiques, biotechnologiques et chimiques. Cette récente société a notamment développé l’instrument Hy-Ternity® qui mesure en temps réel et de manière simultanée les propriétés physico-chimiques de produits tels que des gélules et des comprimés, et la solution de spectroscopie Raman Viserion® dédiée aux mesures in situ de produits chimiques et de cultures biotechnologiques.
« Cette prise de participation est fondée sur la conviction que la complémentarité des équipes et des compétences en spectroscopie et en industrialisation d’instruments de mesure permettra le développement de produits innovants et toujours plus performants. », précise le communiqué annonçant l’intégration d’INDATECH dans le groupe Chauvin Arnoux (marques Chauvin Arnoux®, Metrix® et Multimetrix®). Cette quatrième filiale, aux côtés de MANUMESURE (métrologie et contrôles réglementaires), de Pyrocontrôle (capteurs et régulation de température) et d’Enerdis (équipements électriques et solutions énergétiques), lui permet d’élargir sa gamme d’équipements de mesure spectroscopique de l’industrie pharmaceutique à l’agroalimentaire en passant par le vaste secteur qu’est l’industrie chimique. « C’est une phase de développement extrêmement palpitante pour INDATECH, a déclaré Patrick Yaicle, directeur général de Chauvin Arnoux et président d’INDATECH. En joignant les compétences des deux sociétés, nous pourrons tirer parti de nouvelles ressources pour développer davantage notre offre de services en spectrscopie et apporter toujours plus de support et de valeur ajoutée à nos clients. » Parmi ce qui constitue déjà la valeur ajoutée de ce groupe figure son souci de conserver son propre outil de production tel un « garant de la maîtrise totale de la chaîne de fabrication et des étapes de contrôle qualité des produits », avec trois sites de production en Normandie et trois autres usines overseas (Italie, Chine, États-Unis), tous certifiés ISO 14001 par l’organisme international Intertek.

 

SOCIÉTÉS

Bertin Pharma cède ses activités dans le secteur pharma/biotechs aux français Amatsigroup et Oncodesign

 

Depuis début septembre, Bertin Pharma n’a plus d’activités de services ni dans le développement pharmaceutique (sites d’Artigues-près-Bordeaux et de Martillac en Nouvelle-Aquitaine) ni dans le domaine des biotechnologies (métabolisme, pharmacocinétique, bioanalyse et médecine translationnelle ; études cliniques et pré-cliniques). Elle a cédé les premières à la société française Amatsigroup spécialisée dans le développement pharmaceutique, et les secondes à l’entreprise française Oncodesign devenue un groupe biopharmaceutique mondial (coté à Euronext Growth Paris) spécialisé en médecine de précision.
Le groupe toulousain de préparation de médicaments pour les essais cliniques Amatsigroup (CA d’environ 60 M€) est né de la fusion en 2013 d’Avogadro, Avepharm, Crid Pharma et DBI, puis a élargi son champ d’action avec l’acquisition du belge Q Biologicals suivie de celle du français Disposable-Lab. Alors que, détenu par Ekkio Capital, il finalisait les négociations avec Bertin Pharma, le français Eurofins (voir article ci-contre) signait avec Ekkio Capital un accord exclusif pour l’acquérir.
« L’accord conclu entre Bertin Pharma et Oncodesign inclut le transfert d’une équipe de 46 collaborateurs pluridisciplinaires hautement qualifiés pour accompagner la découverte et le développement de nouveaux médicaments en propre ou pour le compte de tiers, dans les domaines notamment de l’immunologie et des maladies infectieuses. Le périmètre concerné inclut des capacités pour l’étude de l’absorption, de la distribution, du métabolisme et de l’excrétion des molécules thérapeutiques (ADME), de bioanalyse réglementaire, ainsi que le biobanking centralisé pour la gestion d’échantillons biologiques à risque infectieux ou non. », indique dans un communiqué Oncodesign.
La société PK/PDesign, filiale nouvellement créée à 100 % d’Oncodesign, regroupera au sein du groupe les nouvelles activités acquises (représentant un CA de 5,3 M€ pour un EBITDA de 0,8 % en 2016), actuellement réparties sur quatre sites du CEA (Saclay, Fontenay-aux-Roses, Marcoule et Orléans) qui, à court et moyen terme, seront toutes regroupées sur le site d’Oncodesign aux Ulis, sur le plateau de Paris-Saclay. Et Xavier Morge, ancien directeur général de Bertin Pharma, est désormais directeur business développement et marketing d’Oncodesign dont le siège se trouve au cœur du pôle hospitalo-universitaire de Dijon.
« Les activités relatives à la fourniture d’outils de bioanalyse et de réactifs biologiques pour la défense et les sciences du vivant sont maintenues au sein de la société Bertin Pharma » et « se poursuivent en étroite synergie avec les équipes de Bertin Technologies » (96 M€ de CA en 2016), sa maison-mère, précise un communiqué commun des deux entités et du groupe CNIM auquel elles appartiennent. Fondé en 1856, CNIM est un équipementier et ensemblier industriel français, fournisseur de prestations d’expertise et de services dans les domaines de l’environnement, de l’énergie, de la défense et des hautes technologies. De dimension internationale, le groupe (coté à Euronext Paris) s’appuie sur un actionnariat familial stable et près de 2 500 collaborateurs. En 2016, il a réalisé un chiffre d’affaires de 539,9 M€, dont 54,6 % réalisés à l’export.

 

SOCIÉTÉS

Eurofins poursuit son expansion à l’international

 

Sur les dix premiers mois de l’année, ce groupe parmi les leaders mondiaux de l’analyse biologique s’est engagé dans plus de 40 acquisitions.

 

Ce 24 octobre, Eurofins (coté à Euronext Paris) annonçait une croissance de 16,2 % de son chiffre d’affaires au 3e trimestre, portant les revenus du groupe sur les neuf premiers mois de l’année à 2,128 Mds €, soit une augmentation de 15,8 % par rapport à la même période en 2016. Sa croissance organique sur ces six premiers mois s’est élevée à 6 %, soit plus que l’objectif annuel de 5 % qu’il s’était fixé.
Ses revenus provenant de ses activités en Amérique du Nord et où il génère plus de 30 % du total de ses revenus ont augmenté de 12,9 % sur ces neuf premiers mois. Ce 18 septembre, il y annonçait l’acquisition en cours pour un prix de 780 M$ des laboratoires EAG. Basé à San Diego, EAG compte 21 laboratoires dans 18 localités à travers le monde et figure parmi les leaders nord-américains des services d’analyse et de conseil dans l’industrie biopharmaceutique, l’agroscience, les sciences de l’ingénierie et de l’analyse des matériaux ; un domaine dans lequel Eurofins n’avait jusqu’alors qu’une faible présence aux États-Unis.
Ce 31 juillet, Eurofins annonçait aussi l’acquisition de DiscoverX, une société innovante dans le domaine des réactifs, des kits de dosage cellulaire, des services de profilage et de screening et autres solutions dédiées au développement de candidats-médicaments. Implantée sur trois sites aux États-Unis auxquels s’ajoute celui de Birmingham au Royaume-Uni, cette société a près de 15 ans d’expérience dans la technologie Enzyme Fragment Complementation1 (EFC) et a acquis une solide réputation comme acteur leader sur le marché des applications du screening GPCR (G protein-coupled receptors).
Fort d’un effectif de plus de 30 000 employés dans plus de 400 laboratoires répartis dans 41 pays, ce groupe parmi les leaders mondiaux de la bioanalyse dont le siège se trouve à Luxembourg ne cesse de démontrer son attachement à acquérir des technologies avancées pour étendre son portefeuille de services analytiques. Ce même 24 octobre, Eurofins annonçait avoir signé et/ou conclu l’acquisition de plus de 40 sociétés depuis le début de l’année, pour un chiffre d’affaires annuel total de 600 M€. Pour ne retenir que celles dans le domaine des sciences analytiques excepté les applications de diagnostic médical, notons celles-ci.
Ce 16 novembre, il annonce étendre sa présence en Inde avec l’acquisition de Spectro Analytical Labs, qui a 22 ans d’expérience dans le contrôle qualité et les services d’inspection dans les secteurs de la chimie, de la mécanique, de la biologie, des tests non-destructifs, de calibration, d’équipements électriques et électroniques.
Ce 16 octobre, Eurofins annonçait l’acquisition d’un leader allemand de l’analyse des produits agro-alimentaires en laboratoire (tests chimiques, physiques, biochimiques, microbiologiques et sensoriels), à savoir l’Institut Nehring établi depuis 1905 à Braunschweig qui génère environ 5 M€ de revenus annuels.
Ce 12 octobre, il s’agissait de la division d’analyses médico-légales du groupe LGC, « LGC Forensics », l’un des principaux acteurs du marché des analyses médico-légales au Royaume-Uni, un pionnier européen dans ce secteur et un important prestataire d’analyses ADN à des fins médico-légales en Allemagne (120 méthodes accréditées, plus de 34 000 cas analysés chaque année pour un CA annuel de plus de 45 M€).
Le 10 août, Eurofins annonçait l’acquisition de Japan Analytical Chemistry Consultants (JACC) et d’Ecopro Research K.K. (Ecopro). Le premier est l’un des plus importants laboratoires indépendants d’analyse dans le domaine de l’agroscience au Japon (plus de 40 ans d’expérience) et le second un des laboratoires leaders de l’analyse des produits alimentaires dans ce pays.
Le 13 juin était annoncée l’acquisition au Canada de la société Alphora Research fondée en 2003, qui vient en soutien de sociétés pharmaceutiques dans les études pré-cliniques de candidats-médicaments en développant des molécules actives complexes entrant dans la composition de leurs ingrédients.
Entre le 4 avril et le 1er juin, Eurofins faisait l’acquisition de Ahma Ymparisto, fondé en en 1977 et reconnu comme le second plus important laboratoire d’analyses environnementales en Finlande (plus de 7M€ de revenus en 2016), et de Nab Labs, l’un des plus importants laboratoires d’analyses environnementales indépendants de Finlande fondé en 1968 (plus de 9M€ de CA annuel).
Enfin, le 24 mars, Eurofins avait annoncé l’acquisition des laboratoires VBM, fondés en 1985 et aujourd’hui parmi les leaders sur le marché danois des analyses environnementales et des matériaux de construction (plus de 6 M€ de revenus en 2016).

1 Technologie basée sur deux fragments recombinant de l’enzyme hydrolase β-galactosidase (β-gal) – un large fragment protéique – enzyme receveuse (enzyme acceptor, EA) – et un petit fragment peptidique – enzyme doneuse (enzyme donor, ED). Séparement, les fragments β-gal sont inactifs, mais combinés, ils forment une enzyme β-gal active qui hydrolyse le substrat pour produire un signal chimio-luminescent.

 

 

 

puce
Également dans Spectra Analyse N°318
        • HISTOIRE DES SCIENCES ANALYTIQUES

          Élément d’histoire de la chimiométrie
          Max FEINBERG

        • STRATÉGIES POUR L’INNOVATION

          Gestion, technologies & innovations dans les biotechnologies (dossier 3/6)
          Pas d’innovation sans financement
          Arsia AMIR-ASLANI, Florent UBELMANN, Bruno MEGARBANE et Philippe LÊ

        • MÉTHODOLOGIE

          Reconnaître un suspect grâce à son odeur : du chien aux outils analytiques
          Vincent CUZUEL, Guillaume COGNON, Didier THIEBAUT, Isabelle RIVALS, Eglantine PORTAS,
          Audrey SIZUN, François HEULARD et Jérôme VIAL

        • TECHNOLOGIE APPLIQUÉE

          S.T.U.P.S.© : Trente ans d’étude des drogues en France
          Céline CHARVOZ, Fabrice BESACIER et Virginie LADROUE

        • TECHNIQUE INSTRUMENTALE

          Imitations et contrefaçons de médicaments : la mesure de la couleur comme un outil de renseignement forensique
          FlorentKOENIG,RenéWASER,FredericBÉEN,PhilippeGIRARD,PierreESSEIVA etOlivierDELÉMONT

Pour recevoir notre revue dans son intégralité, rendez-vous sur notre site,
pour découvrir nos offres d’abonnement au format presse ou au format électronique.