– Dans le numéro 315 de Spectra Analyse –

puce Innovations 


INSTRUMENT DE LABORATOIRE

ScanStation : l’incubation et le comptage automatique de colonies en temps réel

Étuve intelligente, ScanStation peut assurer l’incubation simultanée de 100 boîtes de Petri. Toutes les 30’, une pince robotisée à capteur de force brevetée attrape la boîte et la déplace vers une zone de lecture par caméra ultra HD qui y lit et dénombre les colonies qui s’y sont développées, avec un résultat déporté sur PC. Ainsi, avant même toute confluence ou tout recouvrement de colonies, les différentes colonies bactériennes et artefacts d’origine sont bien identifiés. Et au bout de 8 heures seulement, les colonies bactériennes se stabilisent et le contrôle qualité microbiologique de la production peut s’opérer.
« Avec cette nouvelle technologie nous permettons aux microbiologistes de constater en vidéo la croissance bactérienne sur leurs boîtes de Petri. C’est le mélange d’une technologie classique, la boite de Petri, avec les dernières innovations de la robotique et de l’informatique. Cela permet de connaître les résultats d’analyse beaucoup plus tôt et avec précision. » déclare Emmanuel Jalenques, co-directeur et directeur de la R&D d’INTERSCIENCE. Cet ingénieur et son frère Jules, financier, ont repris l’entreprise de fabrication française de matériels scientifiques dans le domaine de l’analyse microbiologique, fondée en 1979 par leur défunt père, le physicien François Jalenques. Fruit de quatre ans de travail en interne impliquant les pôles robotique, thermique, mécanique, électronique et informatique, la ScanStation a été présentée en avant-première à Forum LABO. Nominée aux Trophées de l’innovation, elle a remporté le Trophée dans la catégorie Productivité/Rentabilité et le prix Coup de Cœur du public.



ÉQUIPEMENT DE LABORATOIRE

Une armoire de sécurité antifeu 30 minutes à portes vitrées en bois compressé

Depuis la fin des années 90, la fabrication d’armoires de sécurité est devenue la principale activité de la société française Trionyx, créée en 1971 dans le secteur de l’outillage et de la fourniture industrielle. Une toute nouvelle vient de sortir des 4 000 m2 de l’atelier de confection situés à Dreux : une armoire pour produits inflammables 30 minutes, à portes vitrées avec charnières et armatures métalliques mais structure en bois compressé. Ce qui signifie qu’elle résiste 30’ à un feu extérieur de 1 000°C, avec une température intérieure inférieure à 160°C. Les portes vitrées équipées d’un verre anti-feu constituent un véritable défi technique de résistance au feu. Leur fermeture trois points est thermorégulée grâce à un fusible positionné au niveau d’un vérin de la porte, et s’opère automatiquement à 65°C. Cette armoire « fabriquée en France et développée par des capitaux 100 % français » est conforme non seulement à la norme européenne EN 14470-1 mais aussi à la norme américaine FM 6050, également pour le stockage des produits inflammables en version portes pleines. En cours de certification pour cette nouvelle version portes vitrées, elle a remporté les Trophées de l’innovation Forum LABO 2017 dans la catégorie Sécurité au Laboratoire / Éco conception.



MATÉRIEL DE LABORATOIRE

SOLIS+, un poste de sécurité microbiologique de type II avec vitre à bascule

Dernier-né de la gamme d’appareils de protection contre les risques de contamination biologique du fabricant Noroit, le poste de sécurité microbiologique (PSM) de type II SOLIS+ assure la protection tant de la manipulation que du manipulateur, mais aussi de l’environnement lorsqu’il s’agit de manipuler des agents pathogènes de classes 1 et 2. Respectant la norme en vigueur EN 12 469, ce PSM (Filtre absolu HEPA H14 au soufflage et à l’extraction, 99,999 %, pour toute particule > 0,3 µm ; vitesse du flux laminaire : 0,40 m/s, taux d’extraction > 35 % ; veine de garde stable et puissante : 0,53 m/sec) a été développé avec une attention particulière en termes d’ergonomie et de nettoyabilité. Avec ce PSM, finies le difficile nettoyage de la face interne de la vitre de façade. Grâce au dispositif breveté de basculement de la vitre «Twist and Clean®», le manipulateur peut décontaminer tout l’intérieur du PSM. La commande électrique par pédales de la vitre de façade permet au manipulateur d’entrer facilement son matériel à l’intérieur du PSM. Enfin, les bords latéraux du PSM également en vitre transparente et les bandeaux d’éclairage positionnés sur les côtés (Dispositif « Solis Light Wing® »), contribuent à la convivialité du poste de travail. Conçu en interne de la société française Noroit créée voilà 10 ans par deux spécialistes de la protection par flux laminaire et de l’isotechnie, Gilles Mahé et Pascal Sidaner, ce PSM présente un caractère innovant tel qu’il est lauréat des Trophées de l’innovation de Forum LABO dans la catégorie Ergonomie / Design / Confort.

 

ANALYSEUR

SL1000 ou l’analyse rapide de la qualité de l’eau sur le terrain

Il aura fallu dix ans à la société Hach pour développer son analyseur portable parallèle SL1000, capable de réaliser simultanément la mesure de quatre paramètres colorimétriques avec des réactifs Chemkey et de réaliser deux tests de capteurs avec sondes électroniques Hach IntelliCAL™. Après avoir inséré les langettes de réactifs dans l’appareil, qui les reconnaît immédiatement, l’utilisateur n’a plus qu’à positionner l’appareil sur l’échantillon d’eau propre (eau potable ou eau de chaudière). Dès 2 à 3’, le résultat de l’analyse s’affiche à l’écran. « Grâce à un nombre d’étapes manuelles réduit, les opérateurs ont plus de temps à consacrer aux aspects importants de leur travail », souligne le fabricant, dont le produit fut nominé aux Trophées de l’innovation Forum LABO 2017 dans la catégorie Ergonomie / Design / Confort.



ÉQUIPEMENT DE LABORATOIRE

X-300, une perleuse sécurisée

La perleuse électrique X-300 d’Horiba Scientific automatise toutes les étapes de préparation des disques pour la fluorescence X ou de solutions liquides (fusions alcalines) pour la spectroscopie inductive à plasma (ICP) à partir d’échantillons de ciment, minerais, etc. L’opérateur n’a qu’à placer l’échantillon dans le creuset et à positionner un moule de disque ou un bécher avec acide. Porte vitrée fermée et verrouillée, l’intérieur de cet appareil de paillasse (63 x 48 x 51 cm) se colore tandis que se déroulent toutes les étapes de la fusion à 1 200°C (chauffage, agitation, coulée, refroidissement). En sortie, l’opérateur récupère des perles homogènes et reproductibles. Capable de préparer jusqu’à 15 échantillons/heure et dotée d’une interface homme-machine intuitive, cet instrument a été présenté en avant-première Europe à Forum LABO 2017, où il fut nominé aux Trophées de l’innovation dans la catégorie Sécurité / Éco-conception.



INSTRUMENT DE LABORATOIRE

QIAscout, un nouvel outil pour la recherche à l’échelle de la cellule

Isoler une cellule eucaryote d’intérêt lors d’une observation sous un microscope, tel est l’intérêt du QIAscout, un système proposé par la société Qiagen, plus connue pour ses développements en biologie moléculaire. Tout repose sur un simple dispositif (équipé d’une petite aiguille et relié à un boîtier contrôleur) que l’on visse sur l’objectif du microscope, et un consommable de culture cellulaire nommé « puce ». Celle-ci contient 12 000 petits carrés (ou « rafts »)  avec particules métalliques, insérés sur une couche de polymère siliconé. Selon la loi de Poisson, si l’on y dépose 2 ml de suspension cellulaire (soit 4 000 à 6 000 cellules) alors, après adhésion cellulaire, 30 % des « rafts » contiennent une cellule unique. Une fois la cellule d’intérêt identifiée, l’observateur n’a donc qu’à aligner le « raft » la contenant au-dessus de la petite aiguille et à appuyer sur le bouton du boîtier contrôleur. Alors l’aiguille déloge le raft qui se trouve relargué dans le milieu de culture et récupéré par l’observateur via une baguette aimantée. Ainsi sur une même puce, jusqu’à 12 000 cellules peuvent être isolées pour en étudier le milieu intracellulaire ou les cultiver, car restées intactes durant la manipulation.

 

puce Actualités


PROFESSION

Sources, effets et risques des radiations ionisantes

Mi-février 2017, l’UNSCEAR (United Nations Scientific Committee on the Effects of Atomic Radiation, Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des radiations atomiques) a publié un nouveau rapport sur l’énergie nucléaire. Outre le fait que ce rapport explore l’exposition aux radiations ionisantes dues à toutes les technologies générant de l’électricité (sic !), il présente une revue de la littérature scientifique des effets biologiques des « radioémetteurs internes » (inhalés ou ingérés) et une nouvelle méthodologie d’estimation des doses individuelles d’exposition effective et des doses collectives dues aux sources de « rejets continus » de radionucléides (mines d’uranium, installations du cycle du combustible, sites de production d’énergie nucléaire, installations en démantèlement, sites de stockage de déchets nucléaires) dans l’environnement (atmosphère, eaux douces et océans).


PROFESSION

La CETAMA, coordonnatrice du projet européen INSIDER

Le projet européen INSIDER – Improved Nuclear SIte characterization for waste minimization in Decontamniation and Decommissioning operations under constrained EnviRonments –, sur les stratégies d’échantillonnage couplées à des moyens de caractérisation des installations nucléaires visant à minimiser les déchets radioactifs lors des opérations de décontamination et de démantèlement sous environnement contraint, a été retenu dans le cadre de l’appel à projets 2016-2017 du programme Euratom fission, le second lancé dans le cadre d’Horizon2020. Ce projet mobilisant 18 partenaires  sera coordonné par la CETAMA. Il vise à « développer et à valider une méthodologie intégrée de caractérisation basée sur différents traitements avancés de statistiques et de modélisation, couplés à des méthodes d’analyse destructives et non destructives existantes (et adaptées) dans une approche de durabilité et d’économie ». Prévu pour démarrer en juin et durer quatre ans, il donnera lieu à deux exercices de comparaison interlaboratoires : l’un sur échantillons synthétiques de matrices de déchets solides et/ou liquides représentatifs de chantiers d’assainissement /démantèlement pour identifier les méthodes d’analyse les plus adaptées et leurs performances, l’autre sur prélèvements issus de chantiers de démantèlement européens en démonstration de l’applicabilité de la méthodologie et de ses apports.

 

PROFESSION

UMI ou l’accélération du « time-to-market » des innovations

Alors que les outils visant à consolider les processus innovants ont le vent en poupe. Une nouvelle et première plate-forme française de mise en relation autour d’un projet innovant vient surpasser les enquêtes de marché.

Comment identifier et toucher les professionnels du monde entier pour recueillir leurs avis sur une innovation et alors, identifier de nouveaux domaines d’applications, de nouveaux partenaires industriels, envisager un transfert technologique, améliorer son positionnement prix ? La plate-forme UMI (United Motion Ideas) est un outil créé dans ce sens en 2014 au sein du groupe lyonnais de conseils dans le domaine de l’innovation Dynergie. « On a réfléchi aux enjeux du numérique par rapport à notre activité d’accompagnement des entreprises dans leur recherche de financements, dans leur stratégie de propriété intellectuelle, dans la réalisation de projets d’innovation et via la réalisation d’études de marché prospectives, explique Xavier Levesy, cofondateur et dirigeant associé de Dynergie et de la start-up UMI. On en a conclu à la nécessité d’avoir un retour de prospect sur une innovation avant d’investir et pour ce faire de développer un outil B to B moins chronophage que la traditionnelle recherche de professionnels via des appels téléphoniques, des entretiens de visu avec, au final, dix véritables contacts au maximum ». Il leur a donc fallu développer des algorithmes dédiés à la recherche de professionnels ciblés et d’autres capables de reconstituer les adresses mails des dits professionnels. Plus de 1 000 000 sont déjà agrégés dans la base de données d’UMI. « On y voit une vitrine passive, mais derrière cette plate-forme il y’a une usine qui tourne pour pousser les fiches d’innovations vers les professionnels du métier du monde entier et recueillir leurs avis, poursuit Xavier Levesy. Et les résultats sont là : 30 à 100 réponses par requête, contre 10 contacts originaires soit de notre réseau soit de notre entourage proche ». Le client porteur de l’innovation se voit en retour délivrer le verbatim des réponses et l’infographie générée par la synthèse automatique des réponses. « Poster une fiche descriptive d’une innovation sur la plate-forme est gratuit mais tout le reste jusqu’à l’étude unitaire dédiée à l’innovation coûte 7 000 € », précise Xavier Levesy. Voilà six mois, la start-up UMI a levé 700 k€. La plate-forme a été testée par cinq SATT autour d’innovations créées au sein de laboratoires académiques, pour aider les chercheurs à se mettre face à un industriel et son cahier des charges et donc, à passer à l’étape suivant celle du laboratoire. Des PME et des grands groupes y recourent aussi. « Ces derniers l’utilisent quand, face à un portefeuille de brevets, il s’interrogent sur ceux méritant d’être encore poussés. Nous avons aussi eu le cas d’une technologie déjà développée et prête à être cédée à un tiers. Il s’agissait là alors de quantifier le marché potentiel, un élément important de la négociation. Enfin, la plate-forme leur sert à valider un cahier des charges, à trouver des débouchés à l’étranger ou encore à vérifier les barrières à l’entrée du marché », confie Xavier Levesy.

 

PROFESSION

Tutoriel sur les brevets d’invention en libre accès

Vous cherchez à acquérir des connaissances et une meilleure maîtrise de la propriété intellectuelle (P.I.) ? L’Urfist de Paris/École nationale des chartes en offre le libre accès, à travers un tutoriel interactif multimédia portant sur les principes juridiques fondamentaux de la P.I. et l’initiation à la recherche d’antériorité sur les bases de données de brevets internationales. Ce tutoriel est conçu en dix modules joliment illustrés et articulés chacun autour d’une vidéo de présentation, d’un cours interactif et d’une interview d’expert avec, pour parfaire l’apprentissage, des QCM. Son auteur, Manuel Durand-Barthez, formateur à l’Urfist, n’aurait pu aboutir à pareil outil pédagogique sans le Soutien aux projets innovants de formation (Spif) émis par Psl en mars 2015 (Anr 10-Idex-0001-02), avec l’aide de l’ANR et de l’Etat au titre du Programme d’Investissements d’Avenir.

 

puce
Également dans Spectra Analyse N°315
        • PARTAGE DES CONNAISSANCES

          Développement d’une méthodologie pour la vérification des compteurs de particules dans l’air
          Sébastien BAU, André TOUSSAINT, Raphaël PAYET et Olivier WITSCHGER
          Voir l’article…

        • TECHNIQUE INSTRUMENTALE

          RMN de paillasse à transformée de Fourier : le renouveau de la résonance magnétique nucléaire à bas champ
          Emmy AUGUSTE, Elodie LUCAS, Laura POIGNIEZ, Diviya RAMAMURTHY, Hélène VANEECKHOUTTE et Philippe LESOT
          Voir l’article…

        • TECHNIQUE INSTRUMENTALE

          Description multi-échelles de l’organisation en masse de matériaux polymères hétérogènes par RMN à l’état solide
          Cédric LORTHIOIR
          Voir l’article…

Pour recevoir notre revue dans son intégralité, rendez-vous sur notre site,
pour découvrir nos offres d’abonnement au format presse ou au format électronique.